VOTE | 19 fans

#103 : Plus de mal que de bien

Titre en VO: Chicken soup 
Titre en VF: Plus de mal que de bien


Diffusion US : 22 juin 2009
Diffusion FR(Canal+) : 01/04/2010 - 10/08/2010
 

 

Un patient âgé, venu pour un contrôle, affirme pouvoir traiter ses problèmes cardiaques avec le bouillon de poulet de sa femme.

De plus en plus préoccupés par les crises d'angoisse de leur fille Grace, Kevin et Jackie s'interrogent sur la manière la plus appropriée de lutter contre le problème.

A la recherche de conseils judicieux à ce sujet, l'infirmière se tourne vers sa meilleure amie, le docteur Eleanor O'Hara. Eddie, de son côté, apprend qu'on prévoit de le remplacer par un distributeur automatique de médicaments. Et Zoey doit prendre son courage à deux mains pour réclamer son nouveau stéthoscope, emprunté par le docteur O'Hara...

 

Ecrit par : Mark Hudis
Réalisé par : Craig Zisk

Titre VO
Chicken soup

Titre VF
Plus de mal que de bien

Première diffusion
22.06.2009

Première diffusion en France
01.04.2010

Vidéos

Le couple yiddish

Le couple yiddish

  

Plus de détails

Réalisateur Craig Zisk
Scénariste Mark Hudis

Cast :

Bernard Zimberg  
Eli Wallach
 
Fiona Peyton  
Daisy Tahan
 
Mrs. Zimberg  
Lynn Cohen
 
Bonnie  
Anna Koonin
 
Terry  
Jay Wilkison
 
Mr. Batali  
Daniel London
 
EMT  
Mark McDonald

 

Grace et Fiona sont allongées sur le lit de leurs parents. Kevin regarde avec elle les publicités à la télévision. Jackie se prépare dans leur salle de bains, elle ferme la porte et prend un cachet de tranquillisant qu’elle a caché au-dessus de l’armoire à pharmacie. Malencontreusement elle le lâche, il tombe dans le lavabo. Nerveusement, elle essaie de le récupérer lorsque Kévin tape à la porte et entre. Il lui montre les deux petites filles, Fiona joue avec un coussin, Grace est absorbée par un documentaire qui s’intitule « Le glas de l’humanité ». Jackie pense que Grace s’intéresse aux sciences, mais Il se montre inquiet car il craint qu’elle soit plutôt stressée et que cela cache quelque chose de plus grave. Jackie répond que Grace entre dans l’adolescence. Kevin insiste, Grace, à qui li trouve l’air angoissée, ne veut regarder que des documentaires sur les guerres mondiales et le réchauffement climatique. Jackie embrasse son mari qui voudrait l’inviter à déjeuner mais Jackie refuse, sa journée va être chargée. Kevin l’entraîne hors de la salle de bains, il est l’heure de partir pour l’école. Jackie lance un regard désespéré vers le lavabo.

Dans la rue, sur le chemin de l’hôpital, Jackie téléphone à Eddie pour lui demander de venir la voir rapidement.

Jackie prépare un patient âgé pour un électro cardiogramme. Elle est interrompue par Zoey très joyeuse parce que sa mère lui a offert un stéthoscope. C’est au tour d’O’Hara de venir l’interrompre pour se plaindre des employés d’un magasin très chic dans lequel elle a acheté un foulard. Elle emprunte le stéthoscope de Zoey pour examiner le patient de Jackie, Bernard Zimberg, qui souffre d’insuffisance respiratoire et de présence de liquide dans les poumons. Zoey essaie de récupérer son stéthoscope mais O’Hara le met autour de son cou pour expliquer à Bernard Zimberg d’où viennent ses malaises. Elle s’en va et Zoey n’ose pas insister, de plus elle doit aider Jackie. Monsieur Zimberg explique à Jackie qu’il ne veut pas consulter le cardiologue et qu’il refuse toute nouvelle intervention chirurgicale, il ne veut plus inquiéter sa femme.

Madame Zimberg arrive et Jackie voudrait la mettre au courant sur l’état de son mari. Ce dernier l’interrompt en disant qu’il n’a pas besoin de médecin et Madame Zimberg confirme à Jackie que son mari n’en a pas besoin, elle a emmené ce qu’il faut pour le guérir.

Eddie vient la voir à ce moment là, elle sort de la chambre et lui dit que son dos la fait souffrir. Il  lui donne rendez-vous dans la pharmacie un peu plus tard.

Jackie reçoit une urgence, il s’agit d’une jeune femme qui souffre de douleurs abdominales aigues. Jackie l’examine. Elle est rejointe par Zoey. Jackie lui demande de récupérer son stéthoscope qui fait partie de son uniforme et qu’elle doit garder avec elle.

Jackie retrouve Eddie dans la pharmacie. Alors qu’elle regarde vers les médicaments, il la fait asseoir pour lui masser le dos et lui apprend qu’il va être remplacé par un distributeur automatique. Il ne sait pas s’il sera transféré dans un service ou remercié. Jackie ne peut pas admettre que l’hôpital remplace Eddie par un robot à médicaments.

Jackie va retrouver le Dr Cooper pour lui demander d’intervenir auprès de la Direction qui veut installer un distributeur à la pharmacie. Cooper se montre excité par l’avancée de l’hôpital sur la voie du progrès. Jackie ne l’entend pas de la même façon et voudrait le convaincre que cette machine est non seulement une insulte pour les infirmières mais elle va aussi faire renvoyer Eddie. Cooper se montre insensible aux arguments de Jackie et elle part en lui disant qu’il est un abruti.

Après une pause avec Eddie, Jackie visite son patient, Monsieur Zimberg. Sa femme lui fait manger de la soupe de poulet. Le couple est persuadé que la soupe de Madame Zimberg est bénéfique pour la santé du patient en lui permettant de survivre au-delà de la limite fixée par les médecins. Monsieur Zimberg oppose un refus à la consultation et aux traitements que lui propose Jackie. En riant, il ajoute que la soupe de poulet est surnommée « la pénicilline juive ». Jackie les quitte en résumant qu’ils refusent tout traitement médical pour le patient qui ne mangera que de la soupe à la place. Le patient confirme qu’après avoir mangé, ils partiront tous les deux.

Jackie et le Dr Cooper, assistés de Zoey, examinent un nouveau patient qui présente de graves lacérations sur les testicules et une vilaine bosse sur la tête. Il explique que son chat l’a fait tomber dans sa baignoire. Zoey se montre incrédule et Jackie la renvoie récupérer son stéthoscope.

Plus tard, Jackie rencontre devant le stand de la presse le mari de la jeune femme qui souffre de douleurs abdominales. Il hésite entre plusieurs magazines et Jackie choisit pour lui.

Madame Akalitus expose son désaccord à Jackie pour que Monsieur Zimberg occupe un lit aux urgences au lieu d’attendre dans la salle d’attente. Jackie lui demande de redevenir infirmière un instant et de regarder à nouveau le patient. Madame Akalitus s’exécute et revient en disant qu’il est mourant. Elle donne finalement son accord.

Zoey surveille de loin le docteur O’Hara qui porte toujours son stéthoscope autour du cou. O’Hara ne semble pas s’en apercevoir et Zoey renonce à aller le réclamer.

Pendant le déjeuner, Jackie parle de son patient à O’Hara. Jackie explique qu’il ne veut aucun traitement, il agonise mais ne veut pas que sa femme le sache, alors elle lui fait manger de la soupe. Toujours cynique, O’Hara espère que Jackie lui a fait signer une décharge. Jackie lui reproche d’être assise dans ce restaurant, dans sa prime jeunesse, à manger chinois alors qu’il s’agit de passer plus de temps avec celui qu’on aime. O’Hara évoque la possibilité qu’Eddie et Kevin décident de devenir amis. Un seul doit survivre, lequel Jackie choisirait ? Jackie rappelle ensuite à son amie qu’elle a emprunté le stéthoscope de sa stagiaire. O’Hara répond qu’elle adore la regarder essayer de le récupérer. Elles rient toutes les deux.

Dans l’après midi, Mo-mo rapporte les résultats de la femme qui souffre de douleurs abdominales, elle n’est pas enceinte. Jackie fait avouer à la jeune femme qu’elle prend de la Vicodine depuis 6 mois. Elle achetait le médicament sur internet mais elle pensait s’en passer. Jackie fait remarquer qu’on ne peut pas arrêter d’un coup, mais progressivement. Elle lui déconseille de se shooter aux analgésiques pendant qu’elle tente d’avoir un bébé.

Jackie essaie de trouver sur son ordinateur le site qui vend de la Vicodine. Elle est interrompue par le sifflement du moniteur de Monsieur Zimberg qui vient de mourir.

Zoey traque toujours le Dr O’Hara. Cette dernière fait semblant de dormir sur un banc de la salle d’attente. Zoey retire le stéthoscope de son cou et s’enfuit, contente de l’avoir récupéré.

Jackie s’arrête sur le chemin du retour pour acheter un pot de soupe au poulet. Grace est devant la télévision, Kevin et Fiona se sont endormis. Jackie s’assoit à côté de sa fille pour lui proposer un bol de soupe. Grace la questionne sur la possibilité du retour de la peste bubonique ou de la mortalité des personnes atteintes de la grippe, comme en 1918. Jackie explique que grâce aux médicaments et à une hygiène qui n’existaient pas à l’époque, la petite fille n’a rien à craindre.

Puis tendrement, Jackie fait manger la soupe au poulet à Grâce.

Jackie (voix off) : Le matin, si calme, si tranquille et si paisible. Je peux m'en inspirer. Je peux presque le sentir en moi. Oui, presque. Presque.

 

Kevin entre dans la salle de bains où se trouve Jackie en train de se préparer.

 

Kevin : Nerveuse.

Jackie : Désolée, je suis à moitié endormie. Tu peux y aller.

Kevin : Je veux te montrer quelque chose. J'ai demandé à Grace ce qu'elle voulait voir. Au lieu de dessins animés, elle a choisi un documentaire intitulé "Le glas de l'humanité".

Jackie : Elle s'intéresse donc aux sciences.

Kevin : Elle est constamment stressée. C'est pas les sciences, c'est pas... Ça cache peut-être quelque chose de plus grave.

Jackie : Je pense pas, chéri. Elle entre dans l'adolescence. Son état d'esprit change. Tu sais, c'est plutôt normal.

Kevin : Elle ne veut regarder que des documentaires sur les guerres mondiales et le réchauffement climatique. Elle a l'air si angoissée.

Jackie : Chéri... elle a 10 ans. Quelles peuvent être ses angoisses ?

Kevin : Je pensais t'emmener déjeuner dehors à midi.

Jackie : On est jeudi, ça va être dément. Une autre fois, vu le temps ?

Kevin : Oui. Il pleut beaucoup ces derniers temps.

Jackie : Eh bien, d'avril les ondées, font les fleurs de mai. Et si t'es vraiment bon, peut-être une pipe.

Kevin : Allez, les enfants. C'est l'heure d'aller à l'école. En selle.

 

Sur le chemin de l’hôpital, Jackie appelle Eddie par téléphone.

 

Jackie : Eddie, c'est moi. Je t'appelle pour dire bonjour. Il faut qu'on se voie ce matin. Vraiment. Ça serait super si tu passais me voir dès que possible. Salut.

 

Jackie prépare un patient pour un électro cardiogramme.

 

Le patient : Vous voyez, je connais tout ça, car j'étais dans l'armée.

Jackie : C'est vrai ?

Zoey : Jackie, salut ! Tadah - Mon nouveau stéthoscope.

Jackie : Un, passe-moi ces conducteurs. Deux, ne redis plus jamais "tadah". Les seuls qui le disent sont les magiciens et les idiots.

Zoey : C'est cool, non ? Ma mère me l'a acheté.

Jackie : Les conducteurs.

O’Hara : Je te jure, les employés de Bergdorf sont dégoûtants, ils me feraient presque regretter mes 1 200 $ pour le foulard.

 

En prenant le stéthoscope de Zoey

 

O’Hara : Je peux ?

Jackie : M. Bernard Zimberg, liquide dans les poumons, insuffisance respiratoire.

O’Hara : Alors, M. Zimberg, depuis quand avez-vous une insuffisance cardiaque ?

Zimberg : On m'a fait un quintuple pontage l'année de la victoire de la Stanley Cup par les Rangers.

Jackie : En 1994. Je rêve encore de Mark Messier.

Zimberg : La meilleure importation du Canada depuis le bacon.

O’Hara : Bon, M. Zimberg, vos artères ne sont pas très coopératives. Elles se referment encore, diminuant le flux sanguin vers le cœur et causant vos symptômes. On prendra l'avis du cardiologue, mais attendez-vous à une angioplastie au mieux et... un nouveau pontage au pire. Infirmière, suivez-moi. Je pense à des sushis ou un indien pour le déjeuner. Envoie-moi un SMS, je réserverai.

Zoe : Mais...

Jackie : Bon, M. Zimberg, dès qu'on aura vu le cardiologue, on aura une meilleure idée...

Zimberg : Pas de cardiologue. Plus d'angioplastie. Plus de pontages, nada.

Jackie : Pardon ?

Zimberg : Désolé d'être aussi irritable, mais un vieil ami disait : "La vie est comme ça dans les Balkans". Je voyais pas du tout de quoi il parlait. Ce que je ne veux pas, c'est que le sommeil de ma femme en soit affecté. Vous avez saisi ? La voilà. Mon premier amour.

Mme Zimberg : Te voilà. Je t'ai cherché partout.

Zimberg : Et tu m'as trouvé.

Jackie : Je parlais à votre mari des différentes possibilités.

Zimberg : Et je disais à cette gentille infirmière que j'en ai fini avec les docteurs. Et les médecins.

Mme Zimberg : Et les médecins. Il n'en a pas besoin. Tout ce dont il a besoin pour guérir est dans ce sac.

Zimberg : Oui, dans ce sac.

Jackie  : C'est vrai ? Ça doit être un sacré sac.

 

Eddie passe devant la porte et s’arrête.

 

Jackie  : Un instant, je reviens.

Zimberg : Souris donc.

Mme Zimberg : Je souris.

Eddie  : Tu m'as bipé ?

Jackie  : Oui, mon dos me fait souffrir.

Eddie  : Je vais m'occuper de toi.

Jackie  : 20 minutes ?

 

Jackie reçoit une urgence.

 

Ambulancier : Femme de 28 ans, douleurs abdominales aiguës. Pouls constant à 130.

Jackie  : Pas de fièvre. Chérie, tu es trempée.

La patiente : J'ai froid, mais je sue. C'est trop bizarre.

Le mari : Elle va s'en tirer ?

Jackie  : Des allergies à des médicaments ?

Le mari : Désolé, je sais pas. Chérie ?

La patiente : Pénicilline.

Jackie  : Vous arriverez à aller sur ce lit ?

La patiente : Voilà.

Jackie  : Ça a commencé quand ?

La patiente : Je me sentais mal hier, mais ce matin, j'ai eu des crises de tétanie. Désolée.

Le mari : On est à New York en vacances.

Jackie  : J'avais remarqué.

Le mari : Comment ?

Jackie  : Je dirais le Midwest.

La patiente : Ohio, comment vous savez ?

Jackie  : Car vous vous excusez de souffrir.

La patiente : Désolée. C'est notre 1er anniversaire.

Jackie  : C'est vrai ? Félicitations.

Le mari : Merci. Ça peut venir de ce qu'elle a mangé. Je l'avais jamais vue si malade.

Jackie  : Bon, votre pouls est élevé, mais vos signes vitaux sont bons. On va faire un test de grossesse.

Le mari : Oui, avec plaisir.

La patiente : Chéri, et si ?

 

Zoey suit Jackie dans le couloir.

 

Zoey  : Salut.

Jackie  : Arrête de me dire "salut" à chaque fois. Une fois par semaine, c'est beaucoup. Si tu ne le dis pas pendant 5 jours, je t'achèterai une carte de métro.

Zoey  : Alors, super. Je voulais te dire que j'ai préparé toutes les perfusions. J'ai pansé...

Jackie  : Où est ton stéthoscope ?

Zoey  : Dr O'Hara me l'a pris quand on était...

Jackie  : Je m'en fous. Ça fait partie de ton uniforme. Va le chercher et garde-le avec toi.

Zoey  : Mais Dr O'Hara est... un médecin.

Jackie  : Un conseil. Les médecins prennent des trucs. Des sandwiches, des stéthoscopes, du mérite. C'est comme ça. Ils peuvent pas s'en empêcher, tiens-le-toi pour dit.

 

Jackie se rend à la pharmacie de l’hôpital

 

Eddie : Ton dos te fait toujours mal ?

Jackie  : Oui.

Eddie : Viens. J'ai ce qu'il te faut. Assieds-toi. Ça va ? Bien.

Jackie  : Oui, c'est là. T'as trouvé.

Eddie : Je vais...

Jackie  : Tes mains sont tristes.

Eddie : Tu me tues, Jackie.

Jackie  : Quoi ?

Eddie : Ils vont me remplacer par un Pyxis.

Jackie  : Ils vont faire quoi ? Faudra me passer sur le corps.

Eddie : Oui. Non. Je veux dire, je pense que tu perdras.

Jackie  : Tu vas être transféré à un autre étage ?

Eddie : Le but est la robotisation totale. Donc, j'en doute.

Jackie  : Tu vas faire quoi ?

Eddie : Je sais pas. Pharmacie de quartier, en ligne... Je trouverai, ne t'inquiète pas.

Jackie  : Putain de Pyxis, tu plaisantes ? Ils peuvent te remplacer par un putain de robot à médicaments ?

Eddie : Non, techniquement, ce n'est pas un robot. Attends, si, c'en est un.

Jackie  : J'y crois pas. On va avoir un numéro d'identification pour qu'ils gardent les traces de tout ce qu'on sort d'ici ?

Eddie : Bienvenue à l'avant-garde de la santé.

Jackie  : On avait besoin de ça. Pourquoi ne pas m'agrafer une putain de caméra sur le front ? Ça va nous prendre 20 minutes pour taper un numéro sur un clavier pour avoir du Motrin. Je te jure, je vais vomir.

Eddie : Oui, tu vas me manquer aussi.

 

Le docteur Cooper examine une radiographie.

 

Jackie : Excusez-moi, Coop ?

Cooper : Coop ! Vous y êtes arrivée. Venez par là. Regardez la main de ce mec. Dur, non ?

Jackie : Oui, très. J'aimerais que vous donniez votre avis à la direction qui veut installer un Pyxis à la pharmacie.

Cooper : Non ! On va avoir un Pyxis ? Même le nom est super. Pyxis, j'adore ça.

Jackie : Non, ce n'est pas super. C'est le contraire. Votez non au Pyxis.

Cooper : Capitaine, on est impuissants face à la force écrasante du Pyxis.

Jackie : Ça y est ?

Cooper : Jackie, on parle d'association en douceur de l'homme et la machine. Allez de l'avant.

Jackie : Arrêtez ça, s'il vous plaît. Cette machine est non seulement une insulte pour les infirmières, mais elle va aussi faire renvoyer Eddie.

Cooper : Vous ne voulez pas que je donne mon avis, mais le vôtre. Si vous voulez une faveur, il suffit de demander. Attendez. C'est parce que vous avez le béguin pour Eddie ?

Jackie : Oui, c'est ça. J'ai un gros béguin pour Eddie. En fait, on baise tous les jours à midi. Vous êtes un abruti.

 

La pendule de la pharmacie indique 12 heures 01.

 

Eddie : On est dans les temps ?

Jackie : C'est bon. Reste concentré.

 

Jackie entre dans le box de Monsieur Zimberg. Sa femme le fait manger.

 

Mme Zimberg : Soupe de poulet.

Jackie : Soupe de poulet. C'est ce qu'il y avait dans le sac ?

Mme Zimberg : Sentez.

Jackie : Ça sent bon.

Zimberg : Oui, c'est bon. Grâce à ça, j'ai vécu deux ans de plus que ce qu'avaient prédit les médecins. C'est tout ce qu'il me faut.

Mme Zimberg : Le docteur qui avait dit à Bernie qu'il ne lui restait que six mois est mort.

Zimberg : Heurté par un bus.

Mme Zimberg : Transurbain M14.

Zimberg : Si vous devez être heurtée par un bus, ceux-ci sont beaux.

Mme Zimberg : Ça pourrait être pire.

Jackie : Très bien. Vous permettez ? Vous avez été examiné par un des meilleurs médecins de l'hôpital. J'ai confiance en elle. Elle a recommandé une consultation et quelques traitements.

Zimberg : Non. Non. Plus rien. J'absorberai uniquement des carottes et du poulet.

Mme Zimberg : Il en a eu assez. Les traitements le rendent malade. Croyez-nous. Cette soupe est meilleure que tout ce que vous avez à offrir.

Zimberg : On n'appelle pas la soupe de poulet "la pénicilline juive" pour rien. C'est une question de foi.

Mme Zimberg : C'est une panacée. Jadis, un Juif mystique a béni le tout premier pot, et depuis ce jour il y a un peu de magie dans chaque gorgée. Vrai ou faux, c'est une belle histoire.

Jackie : On va dire que c'est vrai.

Zimberg : Super !

Jackie : Désolée, mais je dois être claire à ce propos. Vous refusez un traitement médical et vous mangez de la soupe à la place ?

Zimberg : Oui. Après avoir mangé, moi et ma poulette, on partira.

Jackie : OK, bien, si je peux vous aider, dites-le-moi.

Zimberg : Ma belle, ça, c'est d'accord.

 

Cooper rejoint Jackie pour une nouvelle urgence.

 

Cooper : Je suis vraiment désolé pour Eddie. J'étais...

Jackie : Voici M. Batali, 31 ans. Vous êtes avec nous, M. Batali ?

Le patient : Que se passe-t-il ?

Jackie : Vous êtes arrivé ici inconscient il y a quelques minutes. Vous avez de graves lacérations sur les testicules et une vilaine bosse sur la tête.

Batali : Mon Dieu, je suis dans des étriers ?

Cooper : Que s'est-il passé ?

Batali : Bon sang. Roy...

Cooper : Problème avec votre ami ? Si vous voulez porter plainte, il y a plein de flics ici.

Batali : Je ne porterai pas plainte contre Roy.

Jackie : Roy est un ami, un coloc ou...

Batali : Roy est mon chat.

Zoey : C'est ça. Un chat a fait ça.

Cooper : Vraiment ?

Batali : Oui. D'accord ? Je nettoyais ma baignoire tout nu. J'étais nu, je me penchais sur la baignoire et... Roy a sauté sur mon scrotum, je suis tombé dans la baignoire et je me suis cogné tout seul. Contents ?

Zoey : J'ai épousé mon chat à six ans. Je lui avais fait un costume et tout. Les chats ne sont pas géniaux ?

Jackie : Zoey, où est ton stéthoscope ?

Zoey : Je sais. "La ferme. Va le chercher".

 

Mo-mo et Jackie discutent dans le couloir.

 

Mo-mo : Ça a pu arriver.

Jackie : Bien sûr. J'imagine bien. Le gars est nu, il est penché sur la baignoire, il nettoie, il y a du mouvement. Tu sais, un ballottement. Quel chat pourrait y résister ?

Mo-mo : Exactement. C'est comme une petite souris rose qui se balance sur une plante grimpante.

Jackie : Je sais pas si je voulais en venir là, mais si ça marche pour toi.

 

Devant le stand de la presse, le mari cherche des journaux pour sa femme.

 

Jackie : Vous allez bien ?

Le mari : Et vous ?

Jackie : Bien. C'est pour votre femme ?

Le mari : Oui. Elle lit pas de magazines, d'habitude. Elle est plus livres. Donc, je ne sais pas lequel elle aimerait.

Jackie : Je peux ?

Le mari : Je vous en prie.

Jackie : Celui-ci est pour les quarantenaires. Celui-là pour les ados. Celui-là est en espagnol. Voyons. Celui-là... Ça. Voilà.

Le mari : Merci. Vous avez été si gentille. C'est faux ce qu'on dit sur les New Yorkais.

Jackie : En effet.

 

Cooper, les mains dans les poches, traverse le hall.

 

Jackie : J'y crois pas.

Mo-mo : Quoi ?

Jackie : Tu viens de reluquer le Dr Cooper.

Mo-mo : Du tout.

Jackie : Tu te léchais les babines comme le loup de Tex Avery.

Mo-mo : C'est rien. Il est beau mec.

Jackie : C'est la 2e fois aujourd'hui que j'ai envie de vomir.

Mo-mo : Parfois, les gens qui te dégoutent sont les meilleurs coups.

Jackie : Parfois, les gens qui te dégoutent, te dégoutent, point.

 

Mme Akalitis tire le rideau du box où Mme Zimberg fait manger son mari.

 

Zimberg : Bonjour, ma chère.

Akalitis : Qui est votre médecin ?

Mme Zimberg : Il n'en a pas.

Akalitis : Vraiment ?

Mme Zimberg : Il mange de la soupe.

Akalitis : Je vois.

Jackie : Bonjour, Mme Akalitis. Les Zimberg attendent des résultats. Et je leur ai dit qu'ils pouvaient attendre ici.

Akalitis : Vraiment ? Il y a la salle d'attente pour ça.

Jackie : Je peux vous parler ?

 

Zimberg : Ce n'est pas une femme heureuse.

 

Jackie : Redevenez infirmière un instant. Glissez votre tête et dites-moi ce que vous voyez.

Akalitis : Il est mourant.

Jackie : Exactement.

Akalitis : D'accord. Jusqu'à la fin de votre service.

 

Zoey à Thor : Tu m'aiderais à récupérer mon stéthoscope ?

Thor : Non

 

Zoey : J'ai sauvé deux vies aujourd'hui. Les médecins sont des gens comme les autres. "Bonjour, Mme O'Hara, puis-je..." "Bonjour, Dr O'Hara." "Le stéthoscope que vous m'avez emprunté ce matin, "puis-je..." Je me suis rendu compte que vous aviez mon stéthoscope.

O’Hara : Bonjour, Angela.

Zoey : C'est pas Angela, c'est... Merci.

 

Au restaurant.

 

Jackie : Le vieil homme.

O’Hara : Mon Dieu, oui, Zimberg.

Jackie : Il refuse tout traitement. À la place, il mange de la soupe au poulet.

O’Hara : Sérieux ? Seigneur, c'est curieux...

Jackie : C'est raciste ?

O’Hara : Non, c'est un compliment.

Jackie : Il agonise. Il le sait, mais ne veut pas que sa femme le sache. Alors, elle lui donne de la soupe.

O’Hara : J'espère vraiment qu'il a signé une décharge, sinon c'est vraiment con. C'est tellement gore d'essayer de les ressusciter. Pourquoi sa femme voudrait lui faire endurer ça ? C'est atroce.

Jackie : Facile à dire pour toi. T'es assise là, dans ta prime jeunesse à manger ton salaire aux épices. S'il s'agissait de passer plus de temps avec celui qu'on aime ? On renonce aussi facilement ?

O’Hara : Ça fait beaucoup de "si". Bon. Supposons. Eddie et ton mari décident de devenir amis.

Jackie : Tu sais quoi ?

O’Hara : J'ai pas fini. Eddie et ton mari deviennent amis. Le Titanic coule. Un seul doit survivre. Lequel ?

Jackie : Tu es vraiment mesquine comme bonne femme. J'ai peur que Grace craque un peu. Ça me fout la trouille.

O’Hara : Si tu as besoin de quelque chose, n'importe quoi, t'as intérêt à me le dire, ou je te tue. Elle sera orpheline. Et je devrai la récupérer.

Jackie : Mon Dieu. Tu as pris le stéthoscope de ma stagiaire aujourd'hui.

O’Hara : Je sais, et j'adore la regarder essayer de le récupérer.

 

De retour à l’hôpital.

 

Mo-mo : Les résultats. La femme du box 2 n'est pas enceinte.

Jackie : Merci.

 

 

Jackie : Bon. Vous n'êtes pas enceinte.

La patiente : Non ?

Jackie : Vous êtes en manque.

La patiente : Quoi ?

Jackie : Vous prenez quoi, en quelle quantité ?

La patiente : Je ne prends...

Jackie : Si vous me mentez, je peux pas vous aider.

La patiente : Comment vous savez ?

Jackie : Crampes, transpiration, c'est mon boulot de savoir. Dites-moi.

La patiente : On m'a arraché les dents de sagesse il y a 6 mois. On m'a donné de la Vicodine. J'ai adoré. C'est si facile d'en acheter sur internet. Je ne me suis jamais sentie aussi bien. Le plus beau jour de ma vie. Difficile de se sentir aussi bien dans l'Ohio.

Jackie : Vous étiez à court de Vicodine ?

La patiente : C'est pas ça. C'était notre anniversaire, on était en voyage, je pensais m'en passer.

Jackie : On ne peut pas arrêter comme ça. Il faut le faire progressivement. C'est très dangereux.

La patiente : Ça va. C'est pas comme si j'étais accro.

Jackie : Au fait, se shooter aux analgésiques quand on tente de faire un bébé, c'est pas un bon plan.

La patiente : Ne lui dites pas. Son père boit. Ça le tuerait.

Jackie : Bien. Je vous donne un numéro.

 

Le moniteur de Zimberg siffle. Il est mort. Un groupe d’infirmiers se précipite.

 

Jackie : Non, pas d'alerte. Je suis désolée. Je pense que la soupe a allégé ses souffrances.

Mme Zimberg : C'est tout ce que je voulais. Je savais qu'il agonisait et qu'il ne voulait pas que je le sache. On était mariés depuis 100 ans. Comment ne l'aurais-je pas su ?

Akalitis : Mes condoléances. Je vous en prie.

 

Mme Zimberg et Mme Akalitis échange deux phrases en yiddish

 

Jackie : Ça signifie ?

Mme Zimberg : C'est du yiddish. "Va chier dans l'océan."

Jackie : Très joli.

 

Zoey s’approche du docteur O’Hara qui semble endormie.

 

Zoey : Salut, c'est moi. Angela. Je... me demandais si je pouvais récupérer mon stéthoscope.

 

Zoey récupère son stéthoscope et s’enfuit.

 

00:25:12,800 --> 00:25:14,200

O’Hara, en souriant : Bien joué, Angela.

 

Jackie rentre chez elle.

 

00:25:42,484 --> 00:25:43,634

Jackie : Ma puce.

Grace : Maman, est-ce que la peste bubonique peut revenir ?

Jackie : Non, ma chérie. On a des médicaments et une hygiène qu'on n'avait pas à l'époque.

Grace : Et... la grippe ? Elle peut tuer 30 millions de personnes, comme en 1918 ?

Jackie : Chérie, c'est pas important.

Grace : Dis.

Jackie : Non De la soupe ?

Grace : Pas vraiment.

Jackie : C'est bon pour toi, c'est au poulet, tu veux juste goûter ? C'est bon, non ?

 

Jackie (voice off) : Morning. Such calm. So quiet and so peaceful. I can breathe it in. I can almost feel it inside. Yeah, almost there. Almost.

 

Kevin enters the bathroom where Jackie getting ready.

 

Kevin : Jumpy.

Jackie : Sorry, I'm half asleep. Okay. It's all yours.

Kevin : I want to show you something. I asked Grace what she wanted to watch. And instead of cartoons, she chose a documentary called "The death knell for mankind."

Jackie : So she's interested in science.

Kevin : She's constantly stressed. It's not about science, it's not about... I'm wondering if it's about something bigger than that.

Jackie : No, I don't think it is. I think she's gonna be a teenager. I think her moods are erratic. You know, I think it's normal.

Kevin : All she wants to do is watch documentaries about world wars and global warming. She seems so nervous.

Jackie :... she's 10. What has she got to be nervous about?

Kevin : Thought I'd swing by the hospital today, take you out to lunch.

Jackie : Today's awful. It's thursday, it's gonna be nuts. Can I take a rain check?

Kevin : Sure. It's been raining a lot lately.

Jackie : Well, you know April showers bring may flowers. And if you're really good, maybe a blow job.

Kevin : Okay, kiddos. School time. Saddle up.

 

On the way to the hospital, Jackie called Eddie over the phone.

 

Jackie : Eddie, it's me. I just called to say good morning. I need to see you this morning. I would really, so if you could just find me as soon as you get in, that'd be great, OK? Bye.

 

Jackie prepares a patient for an electro cardiogram.

 

Patient : So you see, you see,

I know all about this 'cause, I was in the army, you know.

Jackie : Is that right?

Zoey : Jackie! Hi. My new stethoscope.

Jackie : Okay, first, get me those leads. Second, don't ever say tadah again. Okay? The only people who say tadah are magicians and idiots.

Zoey : It's cool, isn't it? My mom got it for me.

Jackie : Leads.

O’Hara : I swear to god, Jacks, the salespeople at Bergdorf's are so foul, they almost make me regret spending $1,200 on a scarf.

 

O’Hara takes Zoey’s stéthoscop

 

O’Hara : May I?

Jackie : Okay, Mr. Bernard Zimberg, fluid in his lungs, shortness of breath.

O’Hara : So Mr. Zimberg, How long have you had congestive heart disease?

Zimberg : I had quintuple bypass the same year the Rangers won the Stanley Cup.

Jackie : That's 1994. I still have dreams about Mark Messier.

Zimberg : Canada's finest import since bacon.

O’Hara : Well, mr. Zimberg, your arteries are not cooperating. They're closing up again which is restricting blood-flow to your heart and causing fluid to build up. We'll take a cardiology consult, but i'd say you're looking at angioplasty at the least. And... another bypass at the most. Nurse, a moment please. I'm thinking sushi or Indian for lunch. Text me and I'll make a rezzy. Zoe : But...

Jackie : Okay, so Mr. Zimberg, as soon as we speak to the cardiologist, I think we'll have a better idea...

Zimberg : No cardiologists. No more angioplasty. No more bypass. No more bupkus.

Jackie : I'm sorry?

Zimberg : I'm sorry to be so irritable, but... an old friend of mine used to say, "Well, that's life in the Balkans." I didn't know what the hell he was talking about. One thing I don't want... I don't want my wife to lose one minute of sleep over this. You got it? Here she comes. My childhood sweetheart.

Mme Zimberg : There you are. I looked and looked.

Zimberg : And now you found.

Jackie : So I was just talking to your husband about his options.

Zimberg : And I was telling this nice nurse here that I've had it with the doctors. And the medicine.

Mme Zimberg : The medicine. Yes. He doesn't need any of it. Everything he needs to recover is in this bag. In that bag, it's true. Is that right?

Jackie  : Well, that must be some bag.

 

Eddie goes to the door and stops.

 

Jackie  : Hold on just a minute. I'll be right back.

Zimberg : Smile, smile.

Mme Zimberg : I'm smiling.

 

Eddie  : You rang?

Jackie  : Yes, my back is killing me.

Eddie  : I'll take care of you.

Jackie  : 20 minutes?

 

Jackie receives an emergency.

 

Paramedic : 28-year-old female, severe abdominal pain. Pulse is tacky around 130.

Jackie  : Well, no fever. Honey, you're drenched.

Patient : I'm cold but I'm sweating. It's so weird.

Husband : Is she gonna be okay?

Jackie  : Are you allergic to any medications?

Husband : I don't know. I'm sorry. Hon?

Patient : Penicillin.

Jackie  : You all right to get onto this bed?

Patient : There you go.

Jackie  : When did this start?

Patient : I wasn't feeling great last night, but this morning. I really started cramping up. I'm sorry, you guys.

Husband : We're in NY on vacation. We're not from here.

Jackie  : I gathered.

Husband : How could you tell?

Jackie  : I'm gonna guess midwest?

Patient : Ohio, how'd you know?

Jackie  : Because you're in pain and you're apologizing.

Patient : Sorry. It's our first anniversary.

Jackie  : Is that right? Congratulations.

Husband : Thank you. It might be something she ate. I've never really seen her this sick before.

Jackie  : Okay, well, your pulse is high, but other than that your vital signs are okay. We might want to do a pregnancy test.

Husband : Yes, please.

Patient : Hon, what if?

 

Zoey after Jackie in the corridor.

 

Zoey  : Hi.

Jackie  : Please don't say hi. every time you see me. Okay? Once a week is plenty. In fact, if you go five days without saying hi, I will buy you a metro card.

Zoey  : So, great. And I just wanted to tell you I put in all the IVs I bandaged...

Jackie  : Where's your stethoscope?

Zoey  : Dr. O'hara took it when we were...

Jackie  : I don't care. It's part of your uniform. You find it and make sure it's with you at all times.

Zoey  : But Dr. O'hara's... a doctor.

Jackie  : Okay, here's a tip. Doctors take shit... sandwiches, stethoscopes, credit. It's what they do. They can't help themselves, figure it out.

 

Eddie : Back still hurt?

Jackie  : Yeah, it's not good.

Eddie : Come on. I got what you need. Sit. All right? All right.

Jackie  : Yeah, that's it right there. You got it.

Eddie : Yeah. I'm gonna...

Jackie  : Your hands feel sad.

Eddie : You're killing me, Jackie.

Jackie  : What's up?

Eddie : They're replacing me with a pyxis.

Jackie  : They're what? Over my dead body.

Eddie : Yeah. No. I mean, I think you would lose that one.

Jackie  : Are they gonna transfer you to another floor?

Eddie : I think the point is total automation. So... I doubt it.

Jackie  : What are you gonna do?

Eddie : I don't know. Duane reade, CVS, you know. I'll figure out something, don't worry.

Jackie  : Fucking pyxis, are you kidding me? They can replace you with a fucking bullshit robot pill machine?

Eddie : No, technically, it's not a robot. Wait, actually, it is.

Jackie  : I don't fucking believe this.

We're gonna need ID numbers now so they can keep track of every fucking aspirin we take out?

Eddie : Welcome to the forefront of healthcare.

Jackie  : Like we need more oversight. Why don't you staple a fucking camera to my forehead? It's gonna take us like 20 minutes to punch a number into a keyboard to get a fucking motrin. I swear to god, I could puke.

Eddie : Yeah, I'm gonna miss you too.

 

Dr. Cooper examined radiographically.

 

Jackie : Excuse me, Coop?

Cooper : You finally did it. Come here, come here. Get a load of this guy's hand. Grim, right?

Jackie : Yes, very. Listen, I need you to put in your two cents with the board or whatever it is that wants to put a pyxis in the pharmacy.

Cooper : Shut up! We're getting a pyxis? I... that... even the name sounds cool. Pyxis, I love that.

Jackie : No, it's not cool. It's the opposite of cool. Vote no on the pyxis.

Cooper : Captain, we are powerless against the crushing force of the pyxis.

Jackie : You done?

Cooper : Jackie, we're talking about the seamless integration of man and machine. Come on! Step into the future.

Jackie : Stop it, please. First of all, that machine is not only an insult to nurses, it is also squeezing Eddie out of a job.

Cooper : You don't want me to put my two cents in. You want me to put yours{ wo cents in}. So how about next time you need a favor, just ask. Wait. Is this 'cause you have a little crush on Eddie?

Jackie : Yeah, that's it, Coop. I have a huge crush on Eddie. In fact, we fuck every day at noon. You're a moron.

 

The pendulum of pharmacy indicates 12 heures 01.

 

Eddie : How are we on time?

Jackie : We're good. Just don't get fancy.

 

Jackie enters the box Mr. Zimberg. His wife is eating.

 

Mme Zimberg : Chicken soup.

Jackie : Chicken soup. Is that what was in that bag?

Mme Zimberg : Smell.

Jackie : That smells good.

Zimberg : Yeah, it is. It's kept me alive two years longer than any doctor predicted. It's all I need.

Mme Zimberg : The doctor that told Bernie he had less than six months to live, he's dead.

Zimberg : Hit by a bus.

Mme Zimberg : Crosstown M14.

Zimberg : They're nice buses, if you have to get hit by a bus.

Mme Zimberg : You could do worse.

Jackie : All right, well, if I may, you have been evaluated by one of the best doctors in the hospital. I trust her implicitly.

And she recommended a consult and some additional therapy.

Zimberg : No. No. No more. The only thing invading me will be carrots and chicken.

Mme Zimberg : He's had enough. The treatments only make him sicker. Please trust us. The soup is better than anything you have to offer.

Zimberg : They don't call chicken soup "Jewish penicillin" for nothing. It's all about faith.

Mme Zimberg : It's a cure-all. Back in ancient times, a Jewish mystic blessed the very first pot, and to this very day there's a little magic in every sip. True, not true, it's a nice story.

Jackie : Right, we'll go with true.

Zimberg : Super Atta girl.

Jackie : OK, I'm sorry, but I need to be perfectly clear about this. So you are refusing medical treatment and you are choosing to eat soup instead?

Zimberg : Yes. After I eat, me and my chick will be on our way.

Jackie : Okay, well, if I can be of any help, let me know.

Zimberg : Sweetheart, that I accept.

 

Cooper joins Jackie for a new urgency.

 

Cooper : I'm really sorry about the whole Eddie thing. I was...

Jackie : This is Mr. Batali, 31-year-old male. Are you with us, Mr. Batali?

patient : What's going on?

Jackie : You were brought in here unconscious a couple minutes ago. You've got some serious lacerations on your testicles. You've got a nasty lump on your head.

Batali : God, I'm in stirrups?

Cooper : Can you tell us what happened?

Batali : God damn it. Roy...

Cooper : Boyfriend trouble? If you want to press charges, this place is crawling with cops.

Batali : I'm not pressing charges against Roy.

Jackie : Is Roy a friend or a roommate or...

Batali : Roy is my cat.

Zoey : Yeah. A cat did that.

Cooper : Really?

Batali : Yes. Okay, yes. I was cleaning my bathtub nude, okay? I was nude and I was leaning over the tub and... Roy dove for my scrotum and I fell into the tub and knocked myself out there. Happy?

Zoey : I married my cat when I was six. Made him a little tuxedo and everything. Aren't cats great?

Jackie : Zoey, where is your stethoscope?

Zoey : I know. "Shut up. Go get it."

 

Mo-mo and Jackie are talking in the hallway. 

 

Mo-mo : I guess it could happen.

Jackie : Sure, I can see it. You know, the guy's naked, he's bent over the tub, he's cleaning, there's a certain amount of movement. You know, some swinging action. What cat could resist that?

Mo-mo : 00:16:15,638 --> 00:16:18,088

Exactly. It's like a little pink mouse swinging from a vine.

Jackie : I don't know that I would've gone there, but, you know, if it works for you.

 

Before the stand of the press, the husband seeks papers for his wife.

 

Jackie : How you doing?

Husband : How are you?

Jackie : Good. Are those for your wife?

Husband : Yeah, she usually doesn't read magazines. She's more of a book person. So I don't really know which one of these she'd like.

Jackie : May I?

Husband : Please.

Jackie : Well, this one is for 40-year-olds. This one is for teenagers. This one's in spanish. Let's see. This one... This. Here you go.

Husband : Thank you.

You know, you've been so nice. It's, it's not true what they say about New Yorkers.

Jackie : Yes it is.

 

Cooper, hands in pockets, through the lobby.

 

Jackie : I can't believe you.

Mo-mo : Why?

Jackie : You were just... You just were cruising Dr. Cooper.

Mo-mo : Did not.

Jackie : You were licking your lips like a cartoon wolf.

Mo-mo : It's no big deal. He's good looking.

Jackie : That's the 2nd time today I felt like I was gonna puke.

Mo-mo : Sometimes the people who disgust youvare the hottest fucks.

Jackie : Sometimes the people who disgust you

 

Ms. Akalitus pulls the curtain of the box where Ms. Zimberg is eating her husband.

 

Zimberg : Hello, dear.

 

Akalitus : Excuse me, who's your doctor?

Mme Zimberg : He doesn't have a doctor.

Akalitus : He doesn't?

Mme Zimberg : He's eating soup.

Akalitus : I see that.

Jackie : Hi, Mrs. Akalitus. The Zimbergs are waiting on some test results and I told them they can stay in here until they get them.

Akalitus : Is that right? They can wait in the waiting room.

Jackie : Okay, can I speak with you a minute?

 

Zimberg : That's not a happy woman.

 

Jackie : Gloria, can you be a nurse again for 1 sec, stick your head in there and tell me what you see?

Akalitus : He's dying.

Jackie : Yes, he is.

Akalitus : All right. He can have till the end of your shift.

 

Zoey : Thor,could you help me get my stethoscope back from Dr. O'hara?

Thor : Non

Zoey : I saved two lives today. Doctors are just people. "Hi, Mrs. O'hara, can I... "Hi, Dr. O'hara? "My stethoscope that you borrowed from me this morning, "can I..." Dr. O'hara, it's come to my attention that you have my stethoscope.

O’Hara : Hello, Angela.

Zoey : It's not An... It... Thank you.

 

At the restaurant.

 

Jackie : No, old guy...

O’Hara : No, the old guy. Zimberg.

Jackie : He made this whole big thing about refusing treatment. But he's in there eating chicken soup instead.

O’Hara : Really? God, Jesus, how funny.

Jackie : Is that racist?

O’Hara : I think it's a compliment.

Jackie : He knows he's dying. He doesn't want his wife to know. So, you know, she's in there feeding him soup right now.

O’Hara : Oh for God's sake. I hope he's got a bloody DNR. He's an absolute knob if he doesn't. Trying to bring them back to life is such a bloody mess. Why would his wife want to put him through that? It's fucking appalling really.

Jackie : It's easy for you to say. You're sitting here in the prime of your life, eating your, spicy money roll. What happens when you can spend more time with somebody you love? See how easy it is to walk away then.

O’Hara : That's assuming an awful lot. Okay, hypothetical. Eddie and your husband decide to become friends.

Jackie : You know what...

O’Hara : Not finished. Eddie and your husband become friends and the Titanic is sinking and only one of them gets to survive. Which one?

Jackie : You know, you're really a very mean-spirited woman? I think Grace is starting to unravel a little bit. It's scaring the shit out of me.

O’Hara : If you need anything, and I mean anything, you'd better tell me or I will kill you. And then she'll be motherless. And then I'll have to take her.

Jackie : Oh God. You know you took my precept's stethoscope this morning, right?

O’Hara : I've been having the most marvelous time watching her muster the courage to ask for it back.

 

Back at the hospital.

 

Mo-mo : Labs are back. Woman in curtain 2 ain't preggers.

Jackie : Thank you.

 

 

Jackie : All right, so you're not pregnant.

The patient : I'm not?

Jackie : No, you were withdrawing from opiates.

The patient : What?!

Jackie : So what were you taking and how much?

The patient : I wasn't taking anything.

Jackie : If you bullshit me, I can't help you.

The patient : I How did you know?

Jackie : Cramps, sweating... It's my job to know. So tell me.

The patient : I got my wisdom teeth out about six months ago. They gave me Vicodin. I loved it. And it's easy to get online. It's like the most amazing feeling I've ever had. Like the most perfect day of your entire life. And that's not easy to feel in Toledo, Ohio.

Jackie : So you ran out of Vicodin?

The patient : No, I just figured it's our first anniversary, we're on a trip. I didn't think I'd need it.

Jackie : You can't stop taking opiates just like that. You've got to taper down slowly. You're on a very slippery slope.

The patient : I don't think... I'm okay. It's not like I'm addicted.

Jackie : Trying to get pregnant while you're taking pain killers recreationally... That's not a great plan.

The patient : Please don't tell him. His dad drinks. This'll kill him. 

Jackie : I'm gonna get you a phone number.

 

Monitor Zimberg whistles. He died. A group of nurses rushed.

 

Jackie : No, code. We're all right. I'm so sorry. I think the soup really did help ease his suffering.

Mme Zimberg : That's all I ever wanted. I knew he was dying even though he didn't want me to know. We were married for 100 years. How could I not know he was dying?

Akalitus : Sorry for your loss. You're welcome.

 

Ms. Zimberg and Mrs. Akalitus exchange two sentences in Yiddish

 

Jackie : What did that mean?

Mme Zimberg : It's Yiddish... For "go shit in the ocean".

Jackie : Very nice.

 

Zoey approached Dr. O'Hara seems asleep.

 

Zoey : It's me. It's Angela. I was... wondering if I could get... my stethosc...

 

Zoey gets his stethoscope and fled.

 

O'Hara, smiling : Well done, Angela. 

 

Jackie comes home.

 

Jackie : Hey, sweetie.

Grace : Mom, could the bubonic plague ever happen again?

Jackie : No, sweetie. We have medicine and sanitation that they didn't have back then.

Grace : Then... what about the flu? Could a flu epidemic wipe out 40 million people like it did in 1918?

Jackie : Honey, these are not important...

Grace : Could it?

Jackie : No. You want some soup?

Grace : Not really.

Jackie : It's really good for you, monkey. It's chicken soup. You want to try just a little bit? That's good, right?

Kikavu ?

Au total, 3 membres ont visionné cet épisode !

RonanBart 
05.10.2016 vers 15h

Olyne 
Date inconnue

Spyfafa 
Date inconnue

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci au rédacteur qui a contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Venez départager les calendriers de l'Avent créés par nos membres, les votes sont ouverts jusqu'au 4 novembre !
Les votes sont ouverts ! | Date limite : 04/11

Activité récente

Sauvegarde
01.08.2018

Actualités
Nouveau design pour Nurse Jackie

Nouveau design pour Nurse Jackie
C'est peut-être un effet secondaire de ses nouvelles pilules : Nurse Jackie voit la vie en bleu ! Le...

Bobby Cannavale de retour dans le revival de Will & Grace

Bobby Cannavale de retour dans le revival de Will & Grace
Bobby Cannavale (Dr. Mike Cruz dans Nurse Jackie) reprend le rôle qu'il avait occupé de 2004 à 2006...

Casting  |  Paul Schulze

Casting | Paul Schulze
Paul Schulze (Eddie Walzer dans Nurse Jackie) vient de décrocher un rôle dans "The Punisher", il...

Casting  |  Betty Gilpin

Casting | Betty Gilpin
Betty Gilpin est l'un des deux nouveaux personnages qui apparaissent dans la saison 4 de Masters of...

Dominic Fumusa | Homeland

Dominic Fumusa | Homeland
Dominic Fumusa va rejoindre la sixième saison de la série Homeland. Selon Variety, il incarnera Ray...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

CastleBeck, Hier à 02:03

Avis aux auteurs en herbe : Le quartier Castle vous propose un concours d'écriture!

CastleBeck, Hier à 02:30

Sur le quartier This Is Us, une nouvelle catégorie des HypnoTIU Awards attend vos votes. Merci!

choup37, Hier à 10:54

Nouveau design sur les quartiers Supernatural et Sous le soleil, on attend vos coms

BenMason, Hier à 11:01

Bonjour! N'hésitez pas à venir voter pour la meilleur création du concours spécial Halloween sur le quartier de Falling Skies!

quimper, Hier à 23:36

Nouveau sondage sur le quartier Rizzoli & Isles. Pas besoin de connaître la série pour pouvoir voter. N'hésitez donc pas à participer

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site